Accueil / Économique, Information

Le Crédit d’Impôt pour l’Intéressement

4 juin 2013 lu 1 461 fois Aucun commentaire

© DX (Fotolia.com)Applicable uniquement aux entreprises de moins de 50 salariés, ce dispositif vise à inciter l’instauration ou l’augmentation d’un intéressement en ristournant 30% de l’enveloppe des primes dans l’un et l’autre cas.

Une exception : les groupes. S’ils sont organisés en sociétés de moins de 50 salariés avec un intéressement calculé par société, même lorsque la formule est déterminée par un accord de groupe, les sociétés bénéficient du crédit d’impôt.

Cas d’une entreprise ayant déjà un système d’intéressement

Les entreprises éligibles au crédit d’impôt doivent avoir conclu, soit un accord d’intéressement, soit un avenant à un accord en cours le 04.12.2008 (1) et portant sur la formule de calcul de l’intéressement.

 Montant des
primes dues
au titre de l'exercice
Moyenne des
primes dues
au titre de
l'accord précédent
Montant des
primes dues
au titre de
l'exercice antérieur
Montant du crédit d'impôt
201125 0005 0004 000(25 000 – 5 000) x 30% = 6 666 €
201250 00015 00025 000(50 000 – 25 000) x 30% = 8 333 €
201375 00015 00050 000(75 000 – 50 000 ) x 30% = 8 333 €

Cas d’une entreprise instaurant un système d’intéressement

 Montant des
primes dues
au titre de
l'exercice
Moyenne des
primes dues
au titre de
l'accord
précédent
Montant des
primes dues
au titre de
l'exercice
antérieur
Montant du
crédit d'impôt
201125 000--25 000 x 30% = 8 333 €
201250 000-25 000(50 000 – 25 000) x 30% = 8 333 €
201375 000-50 000(75 000 – 50 000 ) x 30% = 8 333 €

En supposant que ces exemples concernent des entreprises de 50 salariés sur toute la période, on voit, sur une période « raisonnable » de 3 ans, il est possible de passer d’une prime d’intéressement minimal (100 €/personne) ou inexistant à une prime de la valeur d’un 13ème mois (1500 €/personne) franco de cotisations sociales (sauf CSG/CRDS).

En considérant l’effet des « remises Fillon », maximales au niveau du SMIC, on peut imaginer, dans le cas où cet intéressement pouvait (2) remplacer d’autres primes soumises à cotisations, que ce serait une très bonne affaire. Mais quel peut être l’intérêt économique d’une incitation à employer des dispositifs exonérés de cotisations sociales ?

Votée en 2010, ce crédit d’impôt coïncide avec des modifications de la loi « Fillon », motivées par des accusations gouvernementales d’abus des employeurs, pour qu’elle s’applique aux salaires bruts annuels. En somme, il offre l’occasion de reprendre d’une main, ce qui a été retiré de l’autre.

 

Notes :
(1) Date de publication de la loi n° 2008-1258 du 3 décembre 2008 sur les revenus du travail.
(2) Selon la législation, l’intéressement est déconnecté de la politique salariale en raison de son caractère aléatoire.
(3) Téléchargez le Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts [download id= »22″]

            Envoyer par courriel    Imprimer cet article   

Les commentaires sont clos.

Axia Consultants